top of page

Comme un sentiment d'impunité à Tournefeuille ?

Ces derniers jours, la presse locale s'est faite le relais de deux évènements survenus à deux jours d'intervalle dans notre commune, et qui sont pour le moins inquiétants.

Tout d'abord, samedi 1er juin vers 8 heures du matin boulevard Eugène Montel à Tournefeuille, c'est un gardien de la paix qui a été traîné sur une centaine de mètres à la suite d’un contrôle routier. Le chauffard, un garçon de 20 ans déjà connu pour de mauvaises raisons, a été arrêté.


Ensuite, lundi 3 juin au matin, encore à Tournefeuille, c'est une grand-mère de 73 ans qui a été agressée et gazée par une automobiliste parce qu’elle roulait trop lentement. Son petit-fils qu'elle conduisait chez le médecin a quant à lui été traîné sur plusieurs mètres et sévèrement blessé à l’épaule.



Juste un sentiment d'insécurité ?


A la suite de la vague de cambriolages de l'été 2022, alors que les Tournefeuillais avaient alerté le maire de cette recrudescence et exprimé au travers d'une pétition signée par plus de 1000 personnes leur souhait de voir les effectifs de Police Municipale renforcés sur notre commune, le maire avait déclaré : « Il faut savoir faire la distinction entre l’insécurité et le sentiment d’insécurité. »

Nous avions écrit un article à ce sujet, et conclu que « pour le moment, les Tournefeuillais avaient surtout le sentiment qu’on ne les entendait pas ! »

Au vu des récents évènements, nous posons de nouveau la question du renforcement de nos effectifs de Police Municipale. Nous ne le répèterons jamais assez : la mairie ne met pas les moyens nécessaires pour que la tranquillité publique soit assurée dans notre ville de 30.000 habitants !

Avec à ce jour seulement 8 policiers sur le terrain quand il en faudrait 16 pour n’être que dans la moyenne des villes françaises, la tranquillité publique reste le parent pauvre de la politique municipale.


M. le maire va certainement nous expliquer qu'il s'agit d'un phénomène global et que Tournefeuille, comme ses voisines, n'échappe pas à la règle ou encore que la tranquillité publique est avant tout du ressort de la police nationale ?


A la grande différence de Tournefeuille, nos voisines ont des effectifs de police municipale nettement plus en adéquation avec leur population.


Selon les chiffres de 2021 :

  • Blagnac, 27.000 habitants et 28 policiers municipaux  soit 1 policier pour 964 habitants

  • Toulouse, 486.828 habitants et 358 policiers municipaux soit 1 policier pour 1.360habitants

  • Colomiers, 40.529 habitants et 18 policiers municipaux soit 1 policier pour 2.250 habitants

A Tournefeuille, avec nos 30.000 habitants et nos 8 policiers municipaux, nous pouvons nous targuer d'avoir 1 policier pour 3.750 habitants soit 2.65 policiers pour 10.000 habitants !

Rappelons que la moyenne nationale est de 5,3 policiers municipaux pour 10 000 habitants soit 1 policier pour 1.887 habitants.

Nous le répétons, Tournefeuille est moitié moins dotée en policiers municipaux que l'ensemble des villes françaises : il nous faudrait donc doubler nos effectifs actuels pour n’être que dans la moyenne des villes françaises !

Que doit-on conclure de ces deux évènements récents ?

Que c'est "la faute à pas de chance", que c'est la fatalité et qu'on n'y peut rien ou encore doit-on pointer du doigt "les lacunes de la police nationale" comme aime le faire notre maire pour se dédouaner de ses responsabilités ?

Tournefeuille peut-elle continuer à accueillir de nouveaux habitants sous la politique d'hyper-densification voulue par notre maire sans augmenter en proportion les effectifs de notre police municipale ?

Il serait temps que la mairie de Tournefeuille cesse cette politique de l'autruche et donne à notre police municipale les moyens humains et matériels pour agir efficacement, pour dissuader les comportements que nous avons observés dernièrement au cœur de notre ville, pour mettre en place une véritable politique de prévention et de répression envers ces comportements inacceptables. Nous ne pouvons continuer à accueillir sans cesse de nouveaux arrivants sans augmenter de manière significative nos effectifs de police municipale.


Je vais sans doute être taxé de "récupération politique" par Madame l'ajointe à la tranquillité publique qui ne manquera pas de communiquer au travers d'un article dans la presse locale, ce que manifestement la mairie sait très bien faire. Nous nous contenterons d'en sourire.

Les Tournefeuillais veulent des actes, pas des discours. Faute d'une action forte contre ce que le maire considère comme un "sentiment d'insécurité", il y a fort à parier que c'est un sentiment d'impunité qui risque de se développer à Tournefeuille !

Je me joins à tous les membres de notre association pour souhaiter un prompt rétablissement aux victimes de ces actes odieux.


Laurent Soulié

1 194 vues0 commentaire

Comments


bottom of page