top of page

Expression politique - Juillet 2023

UN INDISPENSABLE RETOUR A LA CONCORDE NATIONALE


En ce début d’été, notre pays est de nouveau sujet à des scènes d’émeutes et de pillages. Un évènement tragique, la mort du jeune Nahel, a mis le feu aux poudres dans de nombreuses villes de France. Après l’attaque à la voiture bélier du domicile du maire de L’Haÿ-les-Roses et à l’appel de l’Association des Maires de France, des élus de tout bord se sont rassemblés devant les mairies, le 3 juillet, pour appeler à l’apaisement et au respect de l’ordre républicain et dénoncer les violences envers les élus. Nous avons répondu présent, tout comme de nombreux Tournefeuillais.

Face à un tel déferlement de haine, nous serions en droit d’attendre de chaque responsable politique qu’il affiche une volonté d’unité républicaine et qu’il appelle au calme. Hélas, pas de consensus politique à l’horizon, certains préférant jeter de l’huile sur le feu à des fins de récupération politique.

Les leaders de l’extrême-gauche comme de l’extrême-droite ont multiplié les déclarations démagogiques. Jean-Luc Mélenchon a, d’une certaine manière, dédouané les casseurs en déclarant : « ce sont les pauvres qui s’insurgent » et en concentrant son tir sur les violences policières. L’extrême droite, quant à elle, a fustigé « l’immigration de masse » et comparé les émeutes à une « guerre ethnique et raciale ». Nous apportons notre soutien aux forces de l'ordre qui sont mises à rude épreuve, face aux délinquants qui s’en prennent aux biens et aux criminels qui osent s’attaquer aux élus de la République. Nous affirmons également notre confiance en la justice pour déterminer les responsabilités dans ce drame et appelons à un retour à la concorde nationale.


DÉLIVRANCE DES PERMIS DE CONSTRUIRE A TOURNEFEUILLE : Y AURAIT-IL « UN TROU DANS LA RAQUETTE » ?


Nous avons été alertés au mois de mars par les riverains de l’avenue du Marquisat qui ont découvert par voie d’affichage qu’un permis de construire avait été octroyé par la mairie à une société de promotion urbaine sur le périmètre de l’OAP « Grand Marquisat ». Ce projet qui prévoit une centaine de logements aurait un impact fort sur la vie des riverains de la zone.

Le plus surprenant, c’est que, pour ce projet qui n’a absolument pas été pensé dans l’intérêt collectif des riverains (nouvelles voiries en périphérie, vis-à-vis d’immeubles collectifs sur des pavillons existants…), le permis de construire a été accordé de manière tacite en l’absence de réponse de la mairie dans les temps impartis !

Les riverains demandent, à juste titre, l’annulation de ce permis. Sur ce dossier, la mairie, embarrassée, a préféré botter en touche à nos questions lors du dernier conseil municipal.

Affaire à suivre.


RÉDUCTIONS DE NOS ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE: LA MAIRIE MISE SUR… LE GAZ !???


Nous avons été très surpris, lors du conseil municipal de juin, de la signature d’une convention « Commune Vert l’Avenir » entre GRDF et la ville de Tournefeuille « ayant pour objectif d’accompagner les habitants de Tournefeuille pour la conversion des installations de chauffage vers le gaz. ». A l’heure où nous nous devons de réduire nos émissions de GES, cette décision ne nous apparait pas des plus judicieuses. Si le point de départ est une demande gouvernementale légitime de remplacement des chaudières au fioul et à charbon, le gaz reste une énergie fossile.

Nous avons rappelé l’importance d’accompagner les Tournefeuillais vers un diagnostic complet des logements et d’envisager en premier lieu des travaux d’amélioration de l’isolation, comme il serait bon de le faire dans nos groupes scolaires, véritables passoires thermiques.

Nous avons également rappelé qu’au-delà du gaz, d’autres solutions existaient comme le photovoltaïque, la biomasse, la géothermie et les pompes à chaleur. Contrairement à ce qu’affirme cette convention dans sa première page, nous ne sommes pas convaincus que « choisir le gaz c’est aussi choisir l’avenir ». La convention sera donc signée et un bilan sera fait dans 18 mois : en résumé, on signe et on réfléchit après…


SCISSION AU SEIN DE LA MAJORITÉ


Enfin, ce printemps 2023 aura vu la création d’un groupe écologiste au sein de la majorité municipale, sur fond de désaccord sur la place de la voiture en ville. A l’approche des prochaines élections européennes et municipales, nous sommes au regret de constater que les logiques d’appareils reprennent le dessus sur l’intérêt commun et la volonté de consensus.

Une partie de la majorité veut faire pousser des immeubles partout, l’autre veut réduire les parkings ?

Cet article paraîtra dans le TNF MAG n° 132 de septembre 2023

353 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page