Belle et heureuse année 2022 !

Dernière mise à jour : 27 janv.

Chères Tournefeuillaises, chers Tournefeuillais,
Je vous présente, au nom de l’ensemble de notre groupe, nos meilleurs vœux de santé, bonheur et succès pour cette nouvelle année.

2022, vers un retour à une vie "normale" ?


L’année qui vient de s’achever a été éprouvante pour tous, et je salue la résilience dont vous avez su faire preuve. 2021 a été l’année de la vaccination contre le Covid-19. Les mesures prises par le gouvernement ont permis à la France d’être en tête des pays les plus vaccinés en Europe. Rappelons qu’on ne se fait pas vacciner que pour soi, mais aussi pour protéger les plus fragiles d’entre nous et permettre à nos soignants de s’occuper d’eux.

Tous vaccinés, tous protégés !


Il s’agit maintenant de se tourner avec confiance vers l’avenir avec un cap résolument optimiste : la reprise économique est là et bien là, le chômage est au plus bas depuis 2008 et nos entreprises et nos commerçants ont tenu la barre pendant la tempête, grâce au « quoi qu’il en coûte » du gouvernement.


Gageons que 2022 sera l’année qui nous verra revenir à une vie « normale » !


Quart du mandat : quel bilan de la majorité à Tournefeuille ?

Cette tribune est l’occasion de faire le bilan des 18 mois que nous venons de passer à défendre les intérêts des Tournefeuillais et de passer en revue les faits marquants de ce début de mandat.

Sur le plan de l’urbanisme, et malgré les actions menées par les associations de riverains qui défendent, comme nous, un urbanisme plus modéré à Tournefeuille, M. le maire passe en force et impose ses projets démesurés. Le projet de ZAC de Ferro-Lèbres est là pour l’illustrer : 750 logements prévus dont 50% de logements sociaux. Le futur projet de « Petite République » prévoit, quant à lui, un taux de 40% de logements sociaux.

Pourquoi vouloir aller « plus vite que la musique » en matière de logements sociaux et fixer un objectif supérieur aux 35% agréés avec Toulouse Métropole ? Le besoin de logements est certes bien réel mais ne devrait pas dispenser M. le maire d’écouter ses administrés sur ce sujet !

La récente « affaire » des tarifs des ALAE illustre également bien tristement, hélas, l’absence totale d’écoute et de concertation dans notre commune. Après avoir tenté de faire passer en catimini un doublement des tarifs pour les 35% des familles les plus aisées de Tournefeuille, M. le maire a fini par faire machine arrière à quelques jours des élections départementales, sous la pression des parents d’élèves. La nouvelle grille votée en novembre revient à plus de raison, sans toutefois épargner les ménages dont les deux parents sont actifs - donc ceux avec les revenus les plus hauts.

Il reste à comprendre pourquoi cette augmentation décidée par la mairie et la fédération Léo Lagrange en août 2019 n’aura été mise sur la table qu’en mars 2021 ? La raison invoquée par la mairie est la crise sanitaire de mars 2020. Nous comprenons que M. le maire et ses équipes préféraient attendre l’issue de l’élection municipale 2020 avant de vous présenter la facture !

Enfin, sur le plan de la fiscalité, 2021 aura vu notre commune subir la plus forte hausse de taxe foncière depuis 10 ans (+3.6 %) dans un contexte de crise économique et malgré un budget communal en baisse de 1,2 % : moment très mal choisi pour augmenter les impôts locaux, à l’heure où nous subissions les conséquences économiques de la crise sanitaire.


Absence d’écoute et de concertation

Au quart de cette mandature, force est de constater que la belle promesse faite par M. le maire au travers du slogan des municipales, « Vivre ensemble, faire ensemble », n’a pas été tenue.

Alors que le besoin de plus de démocratie participative et de plus de transparence au sein de nos institutions est au plus fort, la majorité actuelle préfère poursuivre dans l’entre-soi qu’offrir aux élus non majoritaires la possibilité de contribuer aux décisions municipales.

Quant à l’Agora, « conseil de la vie citoyenne » à Tournefeuille, la montagne a pour l’instant accouché d’une souris, avec des commissions pilotées par les élus de la majorité et des sujet décidés par M. le maire et ses adjoints...

A la mairie, la création du récent « comité participatif sur la mobilité » illustre cette volonté d’entrisme : il accueillera en son sein pas moins de 5 élus de la majorité… et aucun de l’opposition !

Bien que vice-président de la commission Mobilités à Toulouse Métropole, et membre de la commission de l’Agora traitant du sujet, j’en suis exclu.


Nous ne partageons visiblement pas la même vision de la démocratie !


Laurent Soulié

474 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout