NON au doublement de la facture de l'ALAE à Tournefeuille !

Dernière mise à jour : 9 juil. 2021

Vous avez été de très nombreux parents à nous avoir alertés sur l’augmentation conséquente des tarifs des ALAE à compter du 01/09/2021 et nous avons déposé une motion lors du dernier conseil municipal du 20 mai en demandant :
  • Que la nouvelle grille tarifaire de la restauration scolaire et des ALAE soit tout simplement annulée ;

  • Qu’une concertation soit engagée avec les fédérations de parents d’élèves pour revoir cette grille tarifaire ;

  • Qu’aucune famille, quelle que soit sa tranche de QF (Quotient Familial) n’ait à subir une hausse supérieure à 15%.

Nous nous sommes attachés à analyser quelles allaient être les conséquences de la nouvelle grille de tarification en prenant le cas d’une famille dont le ou les enfants fréquentent la cantine, l’ALAE ET bénéficient du service d’accompagnement à la vie associative.


Les résultats sont édifiants :

  • 68% des familles vont voir leur facture augmenter

  • 50% des familles vont voir leur facture augmenter de + de 60%

  • 36% des familles (la 10e tranche) vont voir leur facture DOUBLER !

La réponse de la mairie qui conteste nos chiffres est simple : selon notre adjoint aux finances, M. Parre, « on frôle la fake news » ! Et de nous présenter sa vision, beaucoup moins pessimiste puisque l’augmentation pour la tranche supérieure de QF ne serait « que de 78% ». Nous voilà rassurés !

L’écart s’explique aisément : il s’agit d’une simulation et contrairement à notre adjoint aux finances, nous avons pris en considération toutes les augmentations, y compris celles qui font apparaitre les plus fortes disparités pour les dernières tranches de QF, à savoir le tarif de l’accompagnement à la vie associative qui subit une hausse de 350% en passant de 2,23 € à 10 € par enfant pour la 10e tranche de QF.


M. Parre oublie que de nombreux parents actifs et qui ne peuvent pas assurer le transport de leur enfant vers son club sportif le mercredi, sont usagers de ce service. Un oubli bien regrettable quand M. Parre nous assure « avoir étudié tout ceci avant de faire cette proposition ». En considérant le cas d’une famille dont les enfants seraient à l’ALAE matin, midi et soir, le mercredi et bénéficieraient de l’accompagnement à la vie associative, le bilan est sans appel : ces familles verront bien leur facture augmenter de 106 %, c’est-à-dire plus que doubler !

Il nous paraît inconcevable de procéder à une augmentation d’une telle ampleur sans même avoir conduit la moindre concertation auprès des fédérations de parents d’élèves.

D’autre part, cette augmentation de la disparité entre les différentes tranches de quotient familial risque de conduire à moins de mixité sociale au sein des ALAE, les parents qui subissent la plus forte augmentation risquant de se tourner vers des prestataires privés pour aller récupérer leurs enfants après l’école.


Après que nous ayons exposé nos arguments et après que M. Parre ait contesté nos chiffres qui sont également ceux des parents d’élèves, Mme Thomas nous a expliqué que cette augmentation des recettes de la mairie de +40%, comme l’a confirmé M. Parre, était nécessaire et permettait de « faire face aux réajustements demandés par nos prestataires », de « maintenir le taux d’encadrement », de « maintenir la qualité du service », mais aussi de « tenir compte des surcoûts engendrés »… et que tout ceci justifiait donc ce « réajustement ». Et Mme Thomas d’ajouter : « La concertation pourra se faire avec les parents d’élève au prochain renouvellement du marché, à mi-mandat, en 2023, pour savoir s’il y a lieu de placer le coût avant la qualité du service. »


S'en est suivie une intervention de M. Bourgasser, adjoint aux sports, venu nous donner une belle et émouvante leçon de politique :

« Faire de la politique, c’est avoir des engagements et c’est d’avoir aussi l’envie de regarder froidement les choses, froidement les chiffres et de regarder les décisions qui découlent vis-à-vis de ça. […] Je pense, dans des proportions louables, qu’il est normal que dans une ville comme Tournefeuille, mais plus généralement dans un pays comme le nôtre, que la question de la solidarité puisse exister. »

Merci M. Bourgasser, il vaut mieux entendre ça que d'être sourd...


Et le maire de conclure en appuyant les propos de Mme Thomas : « Nous recevrons les fédérations de parents d’élève dès la semaine prochaine. […] Dans la perspective du contrat avec Léo Lagrange, à horizon 2023, nous aurons cette discussion, nous aurons un grand débat sur l’éducation à Tournefeuille, incluant cette question tarifaire. »


Manifestement, le message a du mal à passer !

591 vues1 commentaire